La peinture sur soie

La peinture sur soie

Quel matériel pour la peinture sur soie ?

Le peinture sur soie est une activité manuelle accessible à tous. Elle consiste à créer un motif à mettre en couleur sur un tissu de soie. Le travail est assez méticuleux, car le tissage de la soie est d’une finesse extrême. Avant de se lancer dans cet art, il faut se munir du matériel nécessaire :

  • un métier en bois sur lequel la soie est tendue ;
  • de la soie ;
  • de la gutta pour tracer les contours du motif ;
  • un anti-diffusant ;
  • une burette et une plume pour appliquer la gutta ;
  • des colorants et de la peinture thermofixable ;
  • des pinceaux de différentes grosseurs ;
  • une cocotte-minute ou un fer à repasser pour la phase de fixation.

Dans un magasin de travaux manuels, expliquez à la vendeuse votre projet, elle vous désignera tout le nécessaire.

Des techniques à maîtriser

Votre première peinture sur soie, sera de petite taille. Confectionnez des mini sachets dans lesquels vous glisserez de la lavande, ou encore un dessus de coussin ou un petit foulard. Plus tard, vous passerez à des tableaux, des nappes décoratives, et à des vêtements comme un gilet sans manches.

La peinture sur tissu de soie se pratique selon différentes techniques, dont les résultats sont tout aussi variés :

  • l’aquarelle sur soie sèche ou humide, sur anti-fusant ou avec peinture épaissie ;
  • la soie froissée avec mélange de couleurs choisies ;
  • avec tracé gutta, cire ou paraffine ;
  • au pochoir ;
  • aux cristaux de sel.

Mélangez aussi votre peinture à du citron, du lait, du sirop de sucre, de la fécule, pour des résultats originaux. Pour vous familiariser avec cette activité artistique, n’hésitez pas à prendre des cours avec un enseignant en arts plastiques, ou auprès d’une association, par exemple.

La peinture sur soie entre art et noblesse

La peinture sur soie trouve ses origines en Asie. La plus ancienne réalisation connue a été datée du Ve siècle avant notre ère, à l’encre de Chine. En Chine, ces soies peintes pouvaient recouvrir les murs ou se fixer sur des boiseries des belles demeures, et être conservées enroulées jusqu’à une utilisation exceptionnelle.

Au Japon, cet art traditionnel est pratiqué depuis le XVIIe siècle pour orner de riches kimonos. La technique était semblable à celle d’aujourd’hui, en utilisant une colle de riz pour délimiter les zones à peindre. Les motifs étaient délicatement brodés de fil d’or et de soie.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser